CategoriesDiary · Voyages

Pourquoi je suis partie vivre à Londres ?

Il y a pile poil 1 mois, je montais dans l’Eurostar pour un aller sans retour vers Londres. Quelle folie, je m’apprêtais à changer de vie.

Mais pourquoi est-ce que j’avais décidé de tout quitter pour partir vivre à l’étranger ? Retour sur l’une des meilleures décisions de ma vie !

Après 5 années de vie parisienne, je me suis retrouvée à un moment clé de mon existence où j’ai eu une vraie remise en question, une énorme prise de conscience qui a abouti sur la conclusion suivante :

Je n’étais plus à la bonne place, je savais que quelque chose m’attendait ailleurs.

J’ai traversé cette courte période où je sentais qu’il y avait un petit quelque chose qui n’allait pas et qui me rongeait de l’intérieur. J’avais, sur papier, tout ce qu’il fallait pour être « heureuse ». Pour autant, je ressentais ce vide au plus profond de moi, cette sensation étrange d’évoluer dans un monde qui n’était pas le mien, ou du moins qui ne l’était plus. Je ne me sentais plus maîtresse de ma propre vie.

J’avais besoin de comprendre d’où cette sensation désagréable prenait sa source et surtout de trouver une solution. Après des semaines de remise en question et de réflexion, j’ai réussi à prendre suffisamment de recul sur ma situation pour réaliser que je ne me sentais tout simplement pas à la bonne place, que mon environnement n’était plus du tout en phase avec mon moi profond. Mon métier en agence n’avait plus vraiment de sens à mes yeux. Ça a été merveilleux pendant 2 ans et demi, j’ai énormément appris et j’ai eu beaucoup de chance de vivre cette expérience, mais il était temps que ça prenne fin car ce n’était plus en accord avec mes valeurs, mes envies, mes aspirations, mes rêves. C’était devenu à mes yeux trop superficiel, trop tourné vers l’incitation à la sur-consommation qui ne correspond plus du tout à mon style de vie. Aussi, j’y consacrais tellement d’énergie et de temps qu’il ne me restait plus beaucoup de place pour le « reste », le plus important pourtant, ce qui me faisait vraiment vibrer et contribuait à mon épanouissement personnel. Je me suis demandée s’il était normal de devoir attendre le week-end ou les vacances pour pouvoir consacrer du temps à faire ce que j’aime, à voir les amis et la famille… et de toute façon le week-end j’étais bien trop fatiguée de ma semaine pour pouvoir tout faire. Cette vie était trop chargée, trop stressante. J’étais en apnée, j’avais besoin de respirer.

Sur la fin, ces journées passées derrière un ordinateur me donnaient l’impression d’étouffer. Je rêvais d’extérieur, de sensation de liberté, de pouvoir arrêter de courir après le temps, de me déconnecter de ce monde trop digital pour me reconnecter à la vie physique. J’avais envie de mettre mon énergie dans des projets qui me sont chers. Ce n’est d’ailleurs pas anodin si j’ai été bénévole aux Restos du Cœur pour distribuer des plats chauds aux plus démunis une fois par semaine après le travail : j’avais besoin de contact humain, d’altruisme, de solidarité… On vit dans un monde si individualiste. Pendant ces distributions, je me sentais VIVRE parce que j’étais utile, parce que je recevais de vrais sourires qui venaient du coeur, parce que j’étais émue de voir qu’il existe encore des personnes qui donnent sans rien attendre en retour, parce que l’argent n’entrait pas du tout en jeu dans ces échanges. Et de nos jours, la valeur pécuniaire prend malheureusement le dessus sur les valeurs humaines.

Bref, je réalisais que j’étais en train de passer à côté de ma vie et que je gaspillais mon temps et mon énergie. La claque.

Je suis de ceux qui croient profondément que les choses n’arrivent pas par hasard, que la vie met sur notre route des événements, des personnes et des obstacles pour nous aider à nous poser les bonnes questions et à en tirer des leçons. Tout cela nous permet de choisir le chemin que l’on va emprunter par la suite, encore faut-il oser s’écouter et se remettre en question.

J’ai toujours eu cette envie de vivre mon expérience à l’étranger mais ça ne s’est finalement jamais concrétisé, tout simplement parce que ce n’était pas encore le bon moment pour moi et que j’avais encore des choses à apprendre. En tout cas, toutes les personnes qui partaient me faisaient vraiment rêver, j’en mourais d’envie ! Bizarrement, je savais que mon tour arriverait, il fallait juste que je sois patiente et que je me tienne prête quand ce moment arriverait.

Et ce moment arriva.

Je vibrais rien qu’à l’idée qu’il soit possible d’ouvrir un nouveau chapitre de ma vie pour écrire ma nouvelle histoire ! Ce n’est pas une décision facile à prendre car il y a beaucoup de paramètres à prendre en compte et de personnes qui entrent en jeu, et puis il y a aussi la peur de l’inconnu bien sûr, cette peur de sortir de sa zone de confort. On sait ce qu’on quitte mais on ne sait pas ce qu’on va trouver. Malgré tout, ma motivation était trop forte, j’avais confiance en moi et en la vie, je savais que le meilleur m’attendait, il fallait que je parte ! Londres est apparue comme une évidence : C’est la ville de tous les possibles, anglophone, riche culturellement parlant, et pas loin de la France.

C’est donc avec beaucoup de joie et d’excitation que j’ai décidé de vivre en ne me mettant aucune barrière, cette année serait MON année. Fini le digital à longueur de journée, je me reconnecte aux choses vraies. Je vais prendre le temps de créer tout un tas de choses avec mes mains, aller à la rencontre des gens pour continuer à m’enrichir de nos différences, faire du sport non plus pour me défouler mais pour me faire du bien, perfectionner mon anglais, visiter et faire le plein de beauté, lire et écrire davantage, me ré-engager pour une cause qui me tient à coeur, trouver un travail dans lequel je me sente bien et qui me laisse aussi du temps pour mes activités annexes…

Jamais je n’aurai pu imaginer pouvoir me sentir aussi heureuse, épanouie et sereine. En 1 mois j’ai déjà vécu tant de nouvelles choses, tout semble s’imbriquer parfaitement pour que mon aventure soit la plus belle possible. J’ai déjà réussi à cocher quasiment toutes les cases de la liste des objectifs que je m’étais fixée, et ça dépasse même parfois mes espérances. Je peux donc rêver encore plus grand pour les mois à venir. Je me sens chanceuse.

Nathalie

FROM PARIS TO THE WORLD

3 commentaire(s)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *